Construction en béton armé

Construction en béton armé

Le béton armé est un matériau composite constitué du béton traditionnel coulé sur une armature d’acier qui va renforcer sa structure et sa résistance. C’est un matériau résistant en soi, utilisé depuis l’antiquité. Les Romains en ont maîtrisé l’usage dès le IIème siècle. Toutefois, il ne peut pas résister à un effort de traction. Ce matériau de construction a été amélioré par Louis VICAT au XIXème siècle mais la réalisation considérée comme la première structure en ciment armé est une barque qui a été conçue en 1849 par Joseph LAMBOT, un ingénieur français, brevetée en janvier 1855 et présentée à l’exposition universelle de la même année. Également, celui qu’on retient comme étant l’inventeur du béton armé est Joseph MONIER, jardinier et inventeur français. C’est une invention pour laquelle il a déposé plusieurs brevets dont le premier en 1867 pour des caisses en ciment destinées à l’horticulture. Le fait d’utiliser l’armature d’acier permet ainsi de compenser l’insuffisance de résistance. C’est la raison pour laquelle les professionnels du bâtiment utilisent ce matériau notamment pour les dalles de fondation. Il permet en effet aux éléments de supporter de lourdes charges. Cependant, sa pose est très technique et l’aide d’un spécialiste est vivement conseillée. Il permet de réaliser des ouvrages pérennes et fiables.

Travaux d’extension de villas

La construction en béton armé reste incontournable dans les constructions modernes et traditionnelles, et a fortiori, pour les travaux d’extension de villas et cela, en fonction des travaux envisagés. En effet, il existe plusieurs types d’agrandissement. Il peut consister en la création d’une véranda, l’aménagement des combles, l’ajout d’un étage ou d’une annexe à la maison. La réalisation de ces travaux est assujettie à un certain nombre de démarches. Il faut, effectivement, observer des règles strictes. Dans un premier temps, il est primordial de s’enquérir des règles d’urbanisme de la Commune dont dépend la construction existante. Pour ce faire, la consultation en mairie notamment du PLU ou Plan Local d’Urbanisme est indispensable. Ce document détermine les règles de construction et organise le développement et l’aménagement de la Commune. Ensuite, il faut prêter attention aux règles relatives aux servitudes et régissant le voisinage édictées par le Code Civil. Il s’agit là, par exemple, des servitudes de passage, des servitudes de vue mais également la réglementation en matière de mitoyenneté. Il faut rappeler, également la taille et le type de l’ouvrage à entreprendre, la nécessité de se conformer à la Réglementation Thermique des Bâtiments Neufs qui fixe les normes à respecter pour éviter que les nouvelles constructions consomment trop d’énergie. Enfin, une demande d’autorisation administrative peut être exigée, et ce en fonction de la surface et de la nature des travaux. Il s’agira soit d’une demande d’autorisation préalable, soit d’une demande de permis de construire. Une formalité d’affichage est nécessaire une fois que vous avez obtenu l’autorisation. Il permet au tiers ayant un intérêt à agir, de s’opposer à la construction projetée en cas de nuisance, qu’elle soit sonore, olfactive, relative à une ouverture, une vue ou un ruissellement.

Terrassement

Dans la majorité des cas, les travaux de terrassement sont souvent obligatoires. Cette action a pour finalité de préparer le sol et d’éviter des tassements, des glissements ou d’effondrements de terrains. Soit on remblaie, soit on déblaie. Sa réalisation qui peut s’avérer complexe, fait partie des travaux dits de gros œuvre et est une étape importante et qui conditionne la construction à venir. Il prépare le terrain pour les futures fondations et constructions. Il s’agit, en d’autres termes, de remettre le terrain à niveau ou le modeler selon le type de projet. Pour amortir le coût, il est possible de le réaliser soi-même cette préparation. Pour autant, il faudrait être bricoleur et expérimenté, cette tâche s’avérant en effet complexe. De plus, il faut manipuler des engins spécifiques comme une pelleteuse ou un bulldozer. Le facteur climatique est également important. En effet, la réaction de la terre sera différente selon qu’elle soit humide ou sèche. Il est plutôt conseillé de privilégier un temps froid et sec voire gelé. La terre humide aura tendance à se compacter et à glisser. Par conséquent, cette étape de la construction constitue une phase essentielle et vitale avant d’entamer la construction en béton armé.

Articles de la même catégorie :

Recent Posts

Leave a Comment